Pythéas de Marseille à la découverte de l'Europe du nord

La géographie au temps des Grecs


Au IV siècle AC, celui de Pythéas, la géographie du monde est centrée sur la Méditerranée. En dehors de la bande littorale, c’est l’inconnu. Néanmoins, 

des voyagess sont entrepris, vers les Indes et l’Afrique.

A l’époque de Pythéas, au milieu du IV ème siècle AC, la majeure partie des déplacements se fait sur la Méditerranée. Elle est parfaitement connue, même si l’on utilise principalement la partie orientale, berceau des Grecs. La Méditerranée est le centre du monde. La carte du monde est celle conçue par Anaximandre et Thalès, à peine corrigée par Hérodote au milieu du V AC. La terre étant ronde, il est bien tentant pour les savants de l’époque d’en estimer les dimensions. Le premier est peut être Euxode, contemporain de Pythéas. Il mesure la différence d’élévation d’une étoile visible en deux points, situés sur une même longitude, et dont il connaît la distance. Il estime la circonférence à 400 000 stades, soit environ 80 000 km.

Les régions explorées, en dehors de la méditerranée et la mer noire sont les suivantes : L’Afrique intérieure est connue par les Égyptiens et se limite au cours du Nil que l’on a exploré jusqu’à la IVème cataracte. Un voyage autour de l’Afrique, a été commandé par le pharaon Nécho II, aux environs de l’an 600. Cette exploration, extraordinaire pour l’époque, et qui s’est faite en 3 ans, n’a pas eu le support “scientifique” qu’elle méritait. Le moyen orient est bien connu depuis de nombreux siècles. L’Inde a été reconnue jusqu’à l’Indus. Alexandre le grand par l’intermédiaire de son amiral en a fait le tour.

Les phéniciens ont créé un comptoir depuis le X AC au débouché des colonnes d’Hercule, sur le coté atlantique. Il s’agit de la ville de Gadir (Cadix de nos jours), située à cette époque sur une île. De là ils explorent les côtes du Maroc et commercent avec les barbares locaux.


La géographie : carte du monde dont disposait Pythéas lors de son voyage. 
En observant l’embouchure du Nil, côté Atlantique qui est sud/nord,
nous pouvons en déduire que Euthyménés, qui le premier l’a décrite, est allé jusqu’au fleuve Niger.

Un Carthaginois, nommé Hannon, a selon des informations transmises sur un manuscrit datant du X PC, vers la fin du V AC, descendu les cotes de l’Afrique de l’ouest, jusqu’au golfe de Guinée, et peut-être même jusqu’au Cameroun.

Vers le V AC, un navigateur, peut-être marseillais, du nom de Hamilcon, (cité par Pline, mais surtout dans un long récit recopié maintes fois,“Ora Maritima” de Avenius), aurait effectué un long périple de 4 mois dans l’océan atlantique. Aurait-il atteint le cap Finistère, extrême pointe Nord ouest de l’Espagne, mais aussi navigué au large dans l’océan, vers les sargasses ? Il est peut être allé jusqu’en Bretagne.

Vers 450 AC, un Massaliote (Marseillais) du nom d’Euthyménés, dont la statue orne la façade gauche du palais de la bourse, est engagé dans un périple vers l’Atlantique sud. Il dit que l’atlantique est froide et il observe des créatures comme celles du Nil. Selon lui, c’est de l’Atlantique que naît le Nil en observant la force des vagues entrant dans un fleuve. Jusqu’où est-il allé ? A l’embouchure du Sénégal, ou plus loin jusqu’à celle du Niger ? Ou bien tout simplement a-t-il répété ce qu’il a entendu ? Contrairement à Pythéas qui partira 100 ans plus tard, il a du être gêné par le manque de contact avec les indigènes, et par le faible attrait commercial.

Concernant l’intérieur de l’Europe, au IV AC, c’est tout simplement l’ignorance totale. Les grecs, Phénitiens et Etrusques sont essentiellement des gens de mer, et bien qu’ils commercent avec les peuples « barbares », leurs explorations ne dépassent pas la bande côtière. C’est ainsi que le Danube est censé prendre sa source dans les Pyrénées ! L’Europe du nord est arrondie, et vient rejoindre les Indes. Toute la partie nord est inhabitée, car trop froide.

Nos ancêtres commerçaient avec les barbares pour obtenir l’étain, l’ambre, mais aussi l’or et les fourrures.